Une érysipèle est une infection de la peau. Plusieurs traitements sont possibles pour combattre cette maladie.

3005QU’EST-CE QU’UN ERYSIPELE ?

Un érysipèle se manifeste par une infection aigüe de la peau due à une bactérie. Il s’accompagne bien souvent de fièvre. Souvent localisée sur les jambes et le visage, cette bactérie de type streptocoque ou plus rarement de type staphylocoque s’introduit dans l’organisme par une plaie ou un ulcère. Alors qu’un érysipèle atteint plus rarement les enfants, il sévit davantage chez les adultes de plus de 40 ans avec un pic chez les plus de 60 ans.

LE DIAGNOSTIC D’UN ERYSIPELE

Un érysipèle est une vive réaction de défense de l’organisme. Il n’atteint en général qu’une seule jambe et se manifeste souvent par une température corporelle élevée, par des plaques rouges luisantes, par un oedème ou un gonflement de la jambe, par de fortes douleurs et par un gonflement des ganglions situés à proximité notamment dans l’aine. Les symptômes et les réactions cutanées sur la peau suffisent pour un médecin pour diagnostiquer un érysipèle. Il parvient également bien souvent à déterminer l’endroit par lequel les bactéries ont pénétré dans l’organisme. Toutefois, il faudra toujours rechercher ce qui peut favoriser cet état et vérifier s’il s’agit de diabète ou de déficit immunitaire. Une analyse de sang complémentaire permet de constater ou non une augmentation des globules blancs.

COMMENT SE TRAITE UN ERYSIPELE ?

Un érysipèle nécessite une prescription immédiate avec un traitement reposant sur la prise d’antalgiques et d’antibiotiques de la famille des antistreptococciques comme la pénicilline. Par contre, la prise d’anti-inflammatoires est totalement contrindiquée en cas de contraction d’un érysipèle. La durée du traitement est de minimum 15 jours. En l’absence de prise d’antibiotiques, le risque est une dissémination de la bactérie dans l’organisme, avec une septicémie. Le traitement de la fièvre se fait grâce à du paracétamol. Si la fièvre ne baisse pas, il est nécessaire de modifier le traitement qui est peut-être mal adapté. L’effet des streptocoques peut engendrer une atteinte des reins. Dans tous les cas, une surveillance médicale est primordiale. Une hospitalisation peut même être envisagée si aucune amélioration n’est constatée Facial_erysipelasdans les 72 heures ou en cas de complications. Il faut savoir que chez les sujets à risques, les récidives sont très fréquentes et il peut être utile de les prévenir par le biais de séances de drainage lymphatique pour limiter les troubles circulatoires mais également en portant des bas de contention ou des bandes à varices. Par ailleurs, il est primordial d’éviter toute lésion cutanée comme une coupure ou une plaie qui augmentent considérablement le risque d’infection.

Le nombre de personnes atteintes d’un érysipèle augmentant avec l’âge, on compterait actuellement 10 à 100 cas pour 100 000 habitants.